carmina burana

CARL ORFF

Natural Light

Oeuvre pour choeurs, solistes et orchestre, composée en 1936. Les textes sont extraits de poèmes écrits vers 1230, qui témoignent de la révolte de la jeunesse contre le monde durement organisé du moyen-âge.

Portrait

La première partie "O fortuna" présente les principales caractéristiques de cette oeuvre : - simplicité rythmique - formules répétitives

Studio Lighting

- accompagnement souvent construit sur une alternance "toniquedominante" - contrastes de nuances très marqués - ambitus des voix et de l'orchestre très large.

Creative

TEXTE : O Fortuna, velut luna, statu variabilis. Semper crescis, aut decrescis, vita detestabilis, Nunc obdurat, et tunc curat, ludo mentis aciem. Egestatem, potestatem, dissolvit ut glaciem.

Portrait Photography Workshop

FORMATION 

soprano, ténor et baryton solistes, chœur de garçons, chœur mixte et grand orchestre symphonique : 3 flûtes, 3 hautbois, 3 clarinettes, 2 bassons et contrebassons, 4 cors, 3 trompettes, 3 trombones, 1 tuba, Timbales, glockenspiel, xylophone, castagnettes, crécelle, petites cloches, vieilles cymbales, cymbales crash, cymbale suspendue, tam-tam, cloches tubulaires, tambour de basque, caisse claire, grosse caisse, célesta, piano, cordes

"La musique au service de la narration"

PoUr les " PRO " 
DE L'ECOUTE

Rester silencieux pendant toute la diffusion d'une œuvre 

Reconnaître à l'audition les différentes parties d'une œuvre 

Trouver la pulsation régulière ou irrégulière d'une œuvre Identifier un temps binaire ou ternaire 

Distinguer un mode majeur et un mode mineur 

Distinguer une écriture horizontale d'une écriture verticale 

Distinguer un arpège d'un accord

O FORTUNA

O Fortuna est constitué de courtes phrases dont les mots ont été choisis pour l’assonance plus que pour le sens. Cela explique le manque de signification globale du texte et le peu d’enchaînement entre les paragraphes. 

1 ère partie : Après un accord des timbales et des tubas, les chœurs appellent la fortune sur un tempo lent et martelé.(jusqu’à 0 min 20) 

2 ème partie : Après un bref silence, rompant avec la force du prélude, le chœur interprète une mélodie simple avec beaucoup de retenue. Le chant prend alors une tournure plus rapide. Les chœurs chantent piano sur un rythme obstinant (ostinato) interprété par des instruments à vents graves : bassons, cors… sur la fin, un très léger crescendo 

3ème partie ( 1min 25 jusqu’à1min 39) 3 ème partie : Gardant le même tempo, le chœur explose. Les chants, forte, sont ponctués par des roulements de timbales. ( jusqu’à 2 min 20) 

4 ème partie : Le final est caractérisé par la puissance des cuivres et des percussions ( dont le glockenspiel) qui couvre le chœur. Le chœur tient la même note finale pendant une quinzaine de secondes. Le tempo accélère puis ralentit juste pour l’accord final.